INDUSTRIE

Trouver une entreprise

MÉTIERS

Trouver un métier

FORMATIONS

Trouver une formation

industrie
NOUVELLE

Revenir à la liste de nouvelles

LES NOUVEAUX PAPIERS (SEPTEMBRE 2018)

L’industrie papetière n’en finit pas d’innover et recherche chaque jour le moyen de concilier efficacement économie avec écologie et durabilité. Voici quelques-unes de ces nouveautés.

PAPIERS DE PIERRE

Il s’agit d’un nouveau procédé de fabrication du papier dans lequel les fibres de cellulose extraites du bois sont remplacées par du carbonate de calcium, un minéral. Le papier de pierre a été mis au point par des ingénieurs de la Taïwan Lung Meng Technology Corporation. Cette entreprise a investi près de 50 millions de dollars en recherche et développement, pendant dix ans, avant de pouvoir parvenir à une version commercialisable. L’invention est aujourd’hui brevetée dans une quarantaine de pays.

Le papier de pierre est composé de 80 % de carbonate de calcium et de 20 % de polyéthylène, un plastique. Le carbonate de calcium est un minéral assez commun que l’on retrouve partout (craie, marbre,coquilles d’escargots, débris de chantiers…). Quant au polyéthylène, c’est un plastique de la vie quotidienne qui compose bouteilles, films alimentaires ou sacs plastiques. Dans la fabrication du papier de pierre, il est utilisé sous forme de résine en tant que liant.

Ce papier est recyclable à l’infini, contrairement au papier traditionnel qui nécessite un ajout partiel de fibres neuves pour pouvoir être reconditionné en papier.La fabrication de ce papier particulier ne demande l’abattage d’aucun arbre, l’utilisation d’aucune eau (sauf pour refroidir certaines machines) et ne consomme que 15 % de l’énergie nécessaire à la production du papier traditionnel en fibre de bois. Ce papier se décompose intégralement au soleil en moins de 18 mois,mais est résistant à l’eau, au feu et aux insectes. De plus aucun procédé chimique lourd n’est utilisé lors de sa production. Tout ceci le rend attrayant écologiquement parlant.

Pourtant, comme il demeure évident que les particules de plastique de ce papier, elles, ne se décomposeront pas si facilement. Ce papier ne peut être donc vu comme la solution parfaite, à moins d’être accompagnée d’une récupération à 100 % par des centres de tri. Une belle innovation toutefois.

 

PAPIER EN FIBRE DE BAMBOU

Une deuxième alternative à la fibre de bois en matière d’impression : le bambou. Il existe actuellement plusieurs papiers en fibre de bambou commercialisés pour l’impression commerciale ou de particulier. Ce papier a, bien sûr, le mérite de provenir d’une source plus rapidement renouvelable que la fibre de bois (le bambou est réputé pour sa croissance rapide et sa propension à s’étendre rapidement sur une surface terrestre). De plus les fibres de bambou sont beaucoup plus longues et plus résistantes que le bois, ce qui rend le papier durable pour tous les processus d’impression et de transformation. Ce papier est parfois coupé avec un peu de fibre de coton afin de lui assurer plus de souplesse et de douceur au touché.

Voici une liste, non-exhaustive de quelques papiers en fibre de bambou à usage commercial avec le résumé qu’en font leur fabriquant :

  • Bamboo d’Hahnemühle est l’un des premiers papiers fabriqué à partir de fibres de bambou et destiné à l’impression numérique. C’est caractéristiques techniques sont : 290 g/m² · 90 % Fibre de bambou · 10 % Coton · blanc naturel. Bamboo s’inscrit dans une démarche de protection de l’environnement en limitant les ressources employées pour sa fabrication. Il convient en particulier pour les impressions monochromes et polychromes aux tons chauds qui mettent fortement en évidence la sensualité du sujet.
  • Conqueror Bamboo de Antalis est confectionné à partir de fibres naturelles de bambou. Ce papier moderne répondra à vos attentes pour la création de vos cartes de visite comme pour toute la communication de votre entreprise. Conqueror Bamboo se décline dans plusieurs teintes, que vous pouvez personnaliser à votre image. Les plus produits : un papier moderne au toucher naturel et produit à partir de fibres de Bambou (pas d’engrais, croissance rapide), un choix de teintes réalisées à partir de pigments naturels en provenance des carrières du Roussillon et une gamme d’enveloppes assorties.
  • Legion Bamboo de Legion est un papier dont les caractéristiques techniques sont 90 % bambou + 10 % coton, surface texturée luxueuse, disponible en 70 lb texte, couverture de 98 lb, DTC 186lb. Initialement un papier destiné à la typographie et de la papeterie voire de la sérigraphie. Cependant, une variante de ce papier Ultra Digital Bamboo, est le premier papier d’art certifié pour être utilisé avec l’imprimante HP Indigo. Ce papier répond donc également au besoin du numérique.

 

POWERCOAT ALIVE

Après les alternatives à la fibre de bois, voici les papiers de haute technologie. PowerCoat Alive de Powercoat est un papier créatif à technologie NFC intégrée pour l’impression graphique, disponible sous forme de feuilles et d’autocollants. Sa particularité est d’intégrer directement la puce NFC et son antenne dans sa composition cellulosique du papier. En gros, on l’achète « prêt à l’emploi » juste à le programmer après impression et finition. Il s’agit donc là d’un papier connecté utilisable sur presses ordinaires par les méthodes d’impressions conventionnelles, mais qui offre, en plus, une dimension interactive avec les tablettes et téléphones intelligents une fois programmé.

Description du fabricant :
Une feuille de PowerCoat Alive comprend 3 couches de papier : deux couches de nos papiers créatifs conventionnels, dans des marques comme Conqueror ou Curious Collection, entre lesquelles s’intercale une couche de notre papier PowerCoat à circuit RFID préimprimé et dans laquelle une puce de silicium est insérée. Les 3 feuilles sont ensuite laminées pour créer une feuille de notre papier PowerCoat Alive « connecté ». On obtient ainsi un papier prêt pour la technologie NFC, qui peut être programmé pour déclencher une multitude de fonctions sur n’importe quel périphérique compatible NFC.

ALIVE présente des propriétés d’impression, de finition et de manipulation semblables à celles de n’importe quel autre papier. Avec ce papier, des annonces publicitaires dans des revues, des emballages, des étiquettes de vente au détail, des couvertures de livres, des produits cosmétiques et autres matériaux imprimés de grande valeur deviennent interactifs et fournissent un contenu supplémentaire : promotions, coupons de réduction, renseignements sur le produit, entre autres informations possibles.

 

 

PROJET SHERPACK

Et voici, pour terminer cette chronique sur le papier, un résumé sur un produit du futur : le matériau d’emballage du projet Sherpack. Ce projet a reçu un financement du Bio Based Industries Joint Undertaking lui même sous l’égide du programme européen European Union’s Horizon 2020 research and innovation programme. Il est réalisé en collaboration avec le centre de recherche français CTP (Centre Technique du Papier).

Ce projet a pour objectif de réinventer les emballages souples à base de papier. Comment ? En créant un matériau d’emballage en papier souple, renouvelable, biodégradable et recyclable, facilement convertible par thermoscellage et pliage, avec une rigidité et une adhérence améliorées, afin de remplacer des matériaux tels que les plastiques ou les feuilles d’aluminium actuellement utilisés sur le marché par un biomatériau avancé.

Les matériaux cellulosiques de Sherpack devront être neufs et inventifs, et intégreront des concepts qui amélioreront la conservation des aliments, garantiront la sécurité des clients et amélioreront les propriétés mécaniques et la conversion tout en restant recyclables dans le processus papier, biodégradables et compostables. Les matériaux développés dans ce projet seront évalués en termes d’impacts économiques et environnementaux afin de s’assurer qu’ils correspondent aux exigences du marché.Lien vidéo explicative (en anglais) :


Auteur : Dimitri Lesage, chargé de projet délégué à la veille sectorielle

Vous pouvez, à tout moment, déposer un commentaire ou proposer un sujet d'article
via le courriel [email protected]